Les Marchés

(Texte André Larger)

Dès l’apparition de Belfort sur la scène de l’Histoire, la ville s’est dotée d’un marché indispensable pour assurer son approvisionnement. D’abord cantonné à l’Aulle (halle), à l’emplacement de l’actuelle école Jules Heidet, il déborde rapidement de celle-ci et se répand dans les rues de la ville : la place de la Grande Fontaine accueille le marché aux poissons, la rue du Petit Marché les étals des bouchers, etc…. En 1875, la ville acquiert de l’armée, place de la République le bâtiment du manège de cavalerie et l’aménage pour les commerçants. C’est le premier marché couvert de Belfort. Il est remplacé en 1925 par le marché Fréry.

Le marché Fréry

La décision de création date de 1902. Le projet est établi par l’architecte municipal Eugène Lux. En 1904 l’entreprise Schwartz et Meurer, qui compte à son actif les grilles du Grand Palais et les Serres monumentales de Paris, est chargé de la réalisation. Ouvrage élégant, fait d’équilibre et de légèreté, il utilise les toutes premières techniques de construction métallique. Le premier marché s’y tient le 5 juin 1905. Il est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1983.

Le marché couvert Fréry, achevé en 1905 est inscrit à l'inventaire

des Monuments Historiques depuis 1983. 

Le marché du Faubourg

Ouvrage aérien, remarquablement mis en valeur par les couleurs de sa façade, c’est l’une des plus belles constructions du faubourg. Œuvre des ateliers Schwartz et Haumont, il a ouvert ses portes le 1er juillet 1930.

Le marché du faubourg (1928-1930).

Le marché aux puces

Le marché aux puces se déroule au cœur de la vieille ville tous les premiers dimanches de chaque mois de mars à décembre. Il attire des milliers de visiteurs venus de toute la région, mais aussi d’Allemagne et de Suisse. Paradis des chineurs, on y trouve meubles, vaisselle, bibelots, pièces de collection, cartes postales proposés par une centaine de professionnels.

Le plus grand marché aux puces de l’Est de la France