Les Fortifications

(Texte André Larger)

Trouvant la situation géographique de Belfort fort mauvaise et difficile à défendre à cause des hauteurs environnantes, Vauban a imaginé un système nouveau : au lieu de placer des bastions traditionnels aux angles de la muraille, il les a dédoublés en tours bastionnées couvertes par des contre-gardes. Les points faibles de la défense (portes et front de sortie des eaux) ont été complétés par des demi-lunes. Face à la hauteur de la Miotte, qu’il considérait comme très dangereuse pour la défense, il a fait construire un ouvrage à cornes comprenant deux demi-bastions encadrant une courtine, elle-même renforcée par une demi-lune aujourd’hui disparue.

La demi-lune en avant de la porte de Brisach.

Les fortifications arrière de la citadelle, vue depuis le fort des Perches.

Les fortifications arrière de la citadelle au crépuscule.

Le "Grand Souterrain" creusé dans la roche fut voûté en 1749. Il a servi de casernement lors du siège de 1870. Il devait protéger la garnison mais aussi stocker vivres et munitions. Il pouvait abriter une unité entière de 1000 à 1200 cavaliers. On le connaît aussi sous le nom de "Grand Cavalier".

Le "Grand Souterrain" propose une visite où modernité et patrimoine se marient dans une scénographie composée de panoramiques sons et lumières.

Souterrain d'accès à la Tour des Bourgeois.

La Tour des Bourgeois (XIIIème siècle),

dernier vestige de la fortification médiévale.

L'accès à la cour d'honneur de la citadelle est une suite de tunnels

et de ponts-levis.