Le Territoire de Belfort

Aussi que les Français ne s’étonnent point de ce que les Belfortains aient refusé, pour leur région, quand on leur a proposé, le vocable plus prestigieux de département du "Mont Terrible" ou celui plus harmonieux de département de la "Savoureuse" du joli nom de la rivière qui la traverse et qu’ils aient préféré, à leur propre image d’originalité et de fidélité, être tout simplement avec, ce que cette expression renferme de souvenirs glorieux du passé, les habitants du "Territoire de Belfort".

(Anonyme)

Sa création

Fruit de l’histoire, le Territoire de Belfort prend naissance de fait en 1871 avec la signature du traité de Francfort (10 Mai 1871), mettant fin à la guerre franco-prussienne. Détaché du Haut-Rhin, le Territoire de Belfort a durant plus d’un demi-siècle été considéré comme une entité administrative provisoire et n’a acquis le statut de département que le 11 mars 1922. Le lion de Belfort, statue en grès rose, adossé au flanc du château dominant la ville et œuvre du sculpteur colmarien Frédéric-Auguste Bartholdi, symbolise la vaillance de ses défenseurs lors du terrible siège de 1870/1871.

Sa situation

Localisé au nord-est de la France, en Bourgogne Franche-Comté, le Territoire de Belfort s’étend entre l’arc jurassien et la chaîne des ballons vosgiens où se situe le parc régional des Ballons des Vosges. Sa limite nord-est avec le département du Haut-Rhin se confond avec la ligne de partage des eaux entre les bassins du Rhin et du Rhône et avec la frontière linguistique entre le français et l’alémanique. Il dispose également de 25 km de frontière commune avec la Suisse, Belfort étant situé à 79 km de Bâle.

Depuis la fusion de la Bourgogne et de la Franche-Comté, le 1er janvier 2016, la grande région était symbolisée par un logo provisoire. Le nouveau logo de la région Bourgogne-Franche-Comté ci-dessous, a été mis en ligne le 24 novembre 2016.

Sobre, design, épuré, il est loin des visuels colorés des deux précédentes régions.

Ce visuel est constitué des mots « Bourgogne-Franche-Comté en noir sur fond blanc avec des tirets en jaune. Enfin, des "accents" ou des "traits d’union", plutôt, puisqu’il s’agit de "symboles".» Un jaune que l'on pourra qualifier de jaune moutarde ou jaune comté, selon le patriotisme de chacun.

Son économie

L’activité économique du Territoire de Belfort est dominée par l’industrie, qui s’est développée principalement dans les domaines de la mécanique, l’électromécanique, l’électrique du transport et la sous-traitance de spécialité. Des efforts importants ont été entrepris depuis plusieurs années pour faire du département une terre d’éducation et de formation de haut niveau, orientée vers ces secteurs industriels.

Son climat

Le Territoire de Belfort se situe dans la zone tempérée de l’hémisphère Nord. Son climat semi-continental du fait de son éloignement de toute influence océanique (à 450 km de la Manche, 650 km de l’Atlantique et 500 km de la Méditerranée) et son altitude moyenne de 350 mètres, impliquent des contrastes importants entre des hivers froids et des étés chauds. La caractéristique principale de ce type de climat réside dans l’irrégularité importante des températures aussi bien au cours d’une même journée que sur un mois. Il neige en moyenne durant 33 jours dans l’année à Belfort avec beaucoup d’écarts suivant les années.

Quelques chiffres...

Le Territoire de Belfort

La France (Population)

Au 1er janvier 2016, 66,6 millions de personnes résident en France, dont 63,7 millions en France métropolitaine et 1,9 million dans les départements d’outre-mer hors Mayotte. Par ailleurs, Mayotte compte 200 000 d’habitants.

 

Aire Urbaine Belfort Montbéliard

Belfort - Montbéliard - Héricourt - Delle : 308 666 habitants

 

(Source : INSEE 2007)

 

Le Territoire de Belfort

• Territoire de Belfort : 144 334 habitants

• Belfort : 49 764 habitants*

• 1 arrondissement

• 9 cantons (redécoupage selon décret du 13 février 2014)

• 102 communes

• Superficie : 609 km²

• Région : Bourgogne Franche-Comté

• Préfecture : Belfort

• Sous-Préfecture : aucune

• 3 Communautés de communes

• 2 Communautés d’agglomération**

• 2 Circonscriptions législatives

 

(* Source : INSEE - Recensement de la population 2014)

(** Le Grand Belfort et la communauté de communes des Vosges du Sud)

(Source : INSEE - Connaître la Franche-Comté édition 2010)

 

Les Cantons: (par ordre alphabétique)

• Canton de Bavilliers

• Canton de Belfort 1

• Canton de Belfort 2

• Canton de Belfort 3

• Canton de Châtenois-Les-Forges

• Canton de Delle

• Canton de Giromagny

• Canton de Grandvillars

• Canton de Valdoie

 

En 2015, le "Conseil général" du Territoire de Belfort a choisi de s'appeler dorénavant le "Département" du Territoire de Belfort et pour plus de cohérence et de simplicité, le Conseil général s’appelle désormais Conseil départemental.

 

Les principales distances à partir de Belfort

• Paris A36-A6 : 495 km

• Lyon A36-A6 : 352 km

• Strasbourg : 140 km

• Mulhouse A36 : 39 km

• Besançon A36 : 98 km

• Bâle A36-A35 : 77 km

• Fribourg A36 : 100 km

• Zurich A36-A35 : 171 km

• Milan : 405 km

• Bruxelles : 512 km 

 

Aéroport international le plus proche Basel-Mulhouse-Freiburg à 65 km par l’autoroute A36

(EuroAirport de Basel-Mulhouse-Freiburg http://www.euroairport.com/fr) 

 

L'Agglomération Belfortaine est connectée au réseau ferré à grande vitesse depuis le 11 décembre 2012. La nouvelle liaison TGV permet de rallier Belfort depuis Paris en 2h16.

La région Bourgogne-Franche-Comté

Population en 2013 : 2,821 millions

Population active 2013 : 1 287 926 personnes

Superficie : 47 784 km²

8 départements : Côte-d’Or, Doubs, Haute-Saône, Jura, Nièvre, Saône-et-Loire, Territoire de Belfort, Yonne

Communes : 3 831, dont 25 communes de plus de 10 000 habitants

Densité : 59 habitants au km²

 

- 14 gares desservies par le TGV

- 451 kilomètres de Ligne à Grande Vitesse

- 868 kilomètres d’autoroutes

- 1 951 kilomètres de ligne TER

- 230 kilomètres de frontière avec la Suisse

(Source INSEE, IGN 2013)

Economie, innovation

 

A la pointe de la recherche et de l’innovation, la région Bourgogne-Franche-Comté est marquée par l’importance du secteur industriel et par ses entreprises reconnues dans le monde entier. Elle est aussi recherchée pour son savoir-faire traditionnel et reconnue pour son industrie agro-alimentaire et son agriculture. Elle compte 5 pôles de compétitivité et un PIB (produit intérieur brut) de 3,7 % par rapport au PIB national.

 

L’industrie automobile est l’un des plus importants employeurs de la région, avec le site historique de PSA Peugeot-Citroën à Sochaux (25) et ses nombreux équipementiers.

 

L’industrie de la chimie, des caoutchoucs et des plastiques occupe une place importante dans la région. Le secteur est le deuxième employeur de la Nièvre avec des entreprises comme Woco Decize à Decize ou Gates à Nevers. L’entreprise Michelin (manufacture de pneumatiques), premier employeur de Saône-et-Loire est installée à Blanzy. Le groupe leader de la chimie mondiale, Solvay, est quant à lui implanté à Tavaux dans le Jura.

 

La Bourgogne Franche-Comté s’affiche comme centre d’excellence dans le développement de la production énergétique et le Transport ferroviaire. Le nord de la grande région accueille ainsi General Electric Energy, seul producteur de turbines à gaz de moyenne et grande puissance en France et ALSTOM Transport, leader mondial dans la construction de matériel ferroviaire roulant.

 

Les industries métallurgique et mécanique (biens d’équipement) constituent un secteur industriel prépondérant, avec 52 000 salariés et 1850 entreprises.

 

Instruments de précision, d’optique ou d’horlogerie, travail du bois, meubles, jeux et jouets en bois… : la région est dotée de savoir-faire traditionnel, rare et recherché. La lunetterie est concentrée dans la zone de Saint-Claude et Morez (39), l’horlogerie-précision dans celles de Besançon et de Morteau (25).

 

La Bourgogne Franche-Comté est à la pointe de la recherche et de l’innovation. Sa force est d’avoir su organiser des collaborations fortes entre industrie, formation et recherche. Illustration avec les technopoles TEMIS à Besançon, site hautement technologique et NOVAREA à Dijon, véritable campus de l’innovation (bénéficiant des fonds européens). 

Pôles de compétitivité et d’excellence

 

Le Pôle Vitagora Bourgogne Franche-Comté Ile-de-France est l’un des pôles de compétitivité leader en Europe sur l’alimentaire.

 

Le Pôle des microtechniques Franche-Comté se positionne sur des secteurs à forte valeur ajoutée tels que le biomédical, la sûreté, la défense, la monétique ou l’énergie.

 

Le Pôle nucléaire Bourgogne, avec ses 180 adhérents, réunit les compétences en ingénierie globale pour la production d’énergie nucléaire ainsi que la fabrication des composants clés de cette filière.

 

Le Pôle Plastipolis Rhône-Alpes Franche-Comté, qui compte plus de 300 adhérents, vise au développement de la filière plasturgie, notamment à l’international.

 

Le Pôle véhicule du futur Franche-Comté Alsace favorise la synergie des entreprises, de l’enseignement et de la recherche, afin d’inventer les solutions pour les véhicules et les mobilités du futur dans une perspective de développement durable au service du territoire.

Calcule d'itinéraire pour se rendre à Belfort